?

Log in

No account? Create an account
rukyoshu

Pourquoi ? Pourquoi t’as fait ça ? C’est la seule question que j’arrive à me poser depuis que je sais. Je ne sais pas si je suis triste ou en colère. Sans doute les deux. Je suis déçue, un peu, aussi. Mais qu’as-tu fait, mais qu’as-tu fait ? As-tu pensé à tous ceux que tu laisses derrière ? Que t’est-il passé par la tête, à ce moment-là ? Je ne comprends pas. Pas du tout. Avais-tu des problèmes ? Des problèmes insurmontables au point d’en arriver là ? Au point de briser le cœur d’une famille complète ? De les plonger dans la douleur et le chagrin ? Et ça, pour toujours. Parce que la perte d’un petit copain, on s’en remet. Même si ça fait peur et mal, on s’en remet. Même si on croit qu’on va souffrir pour la vie, on s’en remet. La perte d’une fille, d’une petite-fille, d’une sœur ou d’une cousine, on ne s’en remet jamais. La douleur et le chagrin seront toujours là. Le vide sera toujours là. Et on y survivra sans jamais s’en remettre. Chaque fois qu’on se retrouvera, on y pensera et on sentira la cicatrice tirer. Tu n’as pas juste fait un hématome sur notre âme, t’y as enfoncé un couteau qui laissera toujours une marque. Toujours.

C’est con, tu sais, parce qu’une autre question me vient en tête. On dit que les suicides n’emmènent pas au paradis. Est-ce que t’es une âme déchue ? Vraiment, vraiment, t’es où maintenant ? Tu erres comme une âme en peine ? C’est tellement bête. T’avais 16 ans. T’étais jeune, jolie et souriante. T’étais attentionnée et t’avais plein d’amis. T’avais une famille qui t’ouvrait les bras. T’avais la vie devant toi. Maintenant, t’es un cadavre dans une boîte. Est-ce que ça valait le coup ? Ton cercueil te plaît ? Oui, mon ton est sec et sarcastique. C’est parce que ça fait mal. Vraiment, ça fait mal.

Je suis mal placée pour dire ça, pourtant, parce que je suis la première à y avoir pensé. Tout était si lourd à porter. Les rumeurs, les regards, le rejet. Je n’avais pas de place dans le monde. Je ne servais à rien. Je n’avais même pas la beauté. J’étais fade, insipide, sans intérêt. Alors je n’avais pas de raison de rester là, dans ce monde trop grand pour moi qui n’étais rien. Et pourtant, moi, je suis encore en vie. Parce que ma famille était plus importante que mes problèmes d’ado, que mes déboires sentimentaux. Parce que, pour moi, vous passiez toujours avant. Et maintenant ?


Ça, c’est ce que j’ai ressenti et pensé à chaud, quand j’ai appris la nouvelle le samedi 16 mars, en me levant. Je croyais sans y croire à ta mort. Mort. J’ai encore du mal à réaliser. Je crois que personne ne réalise vraiment. Les premiers repas de famille auront un drôle de goût dans une drôle d’ambiance. Mais j’ai pas envie d’y penser maintenant. Ton enterrement est passé. Je n’y crois toujours pas. Je le sais, je le ressens, mais je n’y crois pas. Parfois, je me dis que j’ai juste cauchemardé tout ça. Je sais que c’est faux. Je sais que c’est la réalité.

Pendant toute la cérémonie, je me demandais. La religion n’interdit-elle pas le suicide, normalement ? Je ne comprends pas. Et le prête qui ne cessait de parler de résurrection. Je vais blasphémer et je m’en excuse mais j’avais bien envie de lui faire manger son livre de notes à cet abruti. Je suis désolée pour toi, je me montre méchante, mais pourquoi on te ressusciterait alors que t’as décidé de mourir de toi-même ? T’as fait ton choix, je ne le respecte qu’à moitié, et je m’en veux pour ça. Je ne devrais pas être autant en colère. Je ne l’étais pas avant de les avoir tous vus aussi effondrés. Ta mère, ton frère, mamie, Juliette. Et les autres. Là, là, ça a commencé. Un jour, ça se calmera. En attendant, pardonne-moi d’être en colère contre toi.

Et il y a eu le crématorium. J’aurais pu rester plantée deux heures à fixer ton cercueil blanc, ça n’aurait rien changé. Entre les “pourquoi” et les “tu vas t’ouvrir, bon sang” adressés à cette boîte en bois, je ne savais pas quel sentiment prédominait. Je ne savais pas quoi te dire. “Repose en paix, au revoir”. C’est ce que j’ai fini par te dire. Sans jamais le prononcer puisque ça ne se fait pas. C’est dans la tête que tout se passe. Et dans le cœur. Adieu aurait été plus juste en fait, je m’en rends compte maintenant. Ça me laisse un goût amer sur la langue. Ouais, j’aurais pu m’user les semelles, me casser les jambes à rester debout, tu ne serais pas revenue. Tu ne reviendras jamais. Et pour ton abandon, je t’en veux. Tu as brisé le cœur de mamie. Tu as brisé quelque chose en ton frère. Et pour ça, même si c’est mal, je t’ai détestée. Ton frère s’ouvrait enfin. Et maintenant ?


Tout ça, il faudrait juste que j’arrête d’y penser. Il faut juste que je réalise et que je pardonne. Ce sera peut-être long. T’avais une voix trop aiguë mais je t’aimais bien. T’étais ma cousine, c’était normal. En un sens, je me rends compte trop tard qu’on se ressemblait un peu. Des pots de glu pleins de vie et de sourires pour les autres. Une de nous est plus en vie que l’autre maintenant. Je ne pensais pas que ce serait toi avant moi. En fait, je ne pensais pas que la fin serait là si tôt pour l’une de nous. C’est toi qui as décidé mais c’est à nous d’assumer. J’ai un arrière goût d’injustice. Ça passera comme le reste.

Pour tous les bons souvenirs, merci.

Et malgré tous mes mots déplaisants, repose en paix, Fanny.



0005cb64


 
 
Musique actuelle: fire - SHINee
 
 
rukyoshu
06 novembre 2012 @ 23:19
Titre : Can I take your breath ?
Auteur : Rukyoshû.
Base : Super Junior.
Genre : UA/One-shot/Tranche de vie.
Note : Ce petit écrit répond au thème du concours de k-pop-love-stories. Il fallait créer une histoire autour d'une image qui devait apparaître dans le texte.
Déclaration : Première fois que je me mets dans la peau de Sungmin. Ce n’est pas mon membre préféré, même si je l’apprécie beaucoup, et j’espère que mon défi de lui donner le premier rôle sera relevé.



Résumé : Un stage de natation. Une leçon de respiration de bouche-à-bouche. Et des sentiments qui n’en peuvent plus de rester cachés. Parfois, il suffit d’un rien pour que les barrières s’effondrent.









Can I take your breath ?




Je soupirai. Une fois, puis deux, et encore, attirant son regard surpris. Mais je l’ignorai, n’ayant pas envie de me confronter à lui pour le moment. Un nouveau soupir passa mes lèvres alors que je regardais le large bassin qui nous faisait face à présent. Qu’est-ce qu’on foutait là, déjà ? Ah oui, ce stupide stage de natation qui ne nous servirait à rien. Celui pour lequel je m’étais inscrit à cause de lui. Lui qui hantait mes pensées jour et nuit. Lui qui ne voyait rien et ne comprenait pas mieux mon comportement. Lui qui n’en avait rien à faire. Mais je m’accrochais et, même si je m’en voulais de m’accrocher autant, il y avait toujours quelque chose qui me retenait. Quelque chose qui ne me faisait voir que lui. Heureusement, mon meilleur ami était là aussi. Sans lui, je me serais sans doute fait porter pâle. Eunhyuk était le seul à savoir ce qu’il se passait dans mon cœur. Je sais bien, le cœur n’est qu’un organe et tout ce qui est de l’amour n’a rien à voir avec lui. Mais “ce qu’il se passait dans ma tête” fait beaucoup trop cérébral. Et avec lui, je n’étais pas en mesure de réellement réfléchir ou penser correctement. J’étais pire qu’une jeune fille en fleur. Ou peut-être pas à ce point mais je m’horripilais moi-même. Enfin, tout ça pour dire que mon meilleur ami était vraiment une perle. D’où son surnom. C’est bien trouvé, non ? Eunhyuk signifiant bijou, ça ne pouvait être un surnom adapté qu’à Hyukjae. Et je sais de quoi je parle, on se connaît depuis le primaire. Ça fait vieux, non ? Quoi qu’il en soit, j’étais bien content qu’il soit là aussi.

Avec nous, face à ce grand bassin bleu – d’ailleurs, pourquoi toutes les piscines se sentent obligées d’être bleues ? – se trouvaient aussi quatre amis de faculté. Tout d’abord, il y avait Kangin, l’ours qui cache son cœur derrière un côté bourru et parfois bien lourd. Son vrai prénom, je ne le connaissais même pas, il s’était présenté à nous sous son pseudonyme et ça ne nous était jamais venu à l’idée de lui demander quel pouvait bien être son prénom. C’était peut-être un signe d’amitié bancale mais ça nous allait. Ensuite, il y avait Hankyung, de son vrai nom Han Geng, le chinois perdu. Nous nous sommes tellement bien occupés de lui que maintenant, même s’il galère encore un peu sur certains sujets, il peut balancer à n’importe qui toutes sortes d’insultes colorées. Il y avait également Yesung, notre voix d’artiste personnelle. Son prénom est Jongwoon mais il nous est habituel de l’appeler Yesung. Sans doute parce qu’il passe tout son temps à chanter. Une vraie comédie musicale à lui tout seul. Et finalement, nous accompagnait Ryeowook, notre petit protégé qui sait pourtant bien se défendre tout seul. En somme, une joyeuse équipe de crétins. Et avec nous tous, il y avait lui, bien évidemment. Lui, Cho Kyuhyun. L’homme pour lequel je me damnerais les yeux fermés.

Alors que j’observais mes camarades, me retenant de le regarder lui, je pus voir subitement leurs yeux étinceler de milles feux. Je haussai un sourcil circonspect avant de tourner la tête vers ce qui les envoûtait à ce point. Je compris mieux. Une jolie jeune femme en maillot de bain venait de faire son apparition de l’autre côté du bassin. Sans doute le maître nageur qui serait notre coach pour ces quelques jours. Elle fut face à nous en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, provoquant un léger courant d’air. Et alors qu’elle se présentait, mon cerveau se déconnecta. J’avais tout fait pour ne pas m’y concentrer. Et sans le vouloir, mes efforts étaient réduits à néant. Ce faible mouvement d’air venait de m’apporter une douce et agréable odeur. Celle de son shampoing à lui. À la douche, il n’avait mouillé que ses cheveux. Et le fait qu’ils soient fortement humides amplifiait leur délicat parfum de fruits. Si la simple odeur de son shampoing me faisait cet effet, c’était à la fois dommage et rassurant qu’il ne se soit pas davantage mouillé. L’odeur de son gel douche mêlée à celle de sa peau devait être exquise. Mais ça n’aurait servi à rien qu’il se douche entièrement puisque lui…

Lui n’entrerait pas dans l’eau.Réduire )

Fin

 
 
Musique actuelle: 背叛靈魂 - 韩庚
 
 
rukyoshu
Titre : Wherever you are, you’re always in my heart.
Auteur : Rukyoshû.
Base : Super Junior.
Genre : UA/Amitié/Romance.
Déclaration de l’auteur : J’espère que mon idée sera compréhensible et plaisante à lire. C’est assez court et plutôt expérimental.
Note : Ceci est un OS en réponse au concours qu’a lancé le-M-de-SOM.
Note 2 : L’image représente bien la relation qui lie Yesung et Ryeowook dans ce texte, c’est pour cette raison que je l’ai choisie. J’ai pris les thèmes mer et campagne parce que c’était le mieux pour mon idée. Et quelques paroles de la chanson Lovely day se sont glissées à l’intérieur.

Résumé : Deux adolescents qui partent en vacances séparément. Deux amis qui s’échangent messages sur appels. Deux jeunes qui découvrent le manque de l’amour.








Wherever you are, you’re always in my heart.



11 août. Quelques pas sur la berge. Un soupir. La luminosité lui semble si fade.
« Je suis bien arrivé et le soleil est au rendez-vous. Mais il manque une chose pour le faire briller : ton sourire. »

Un train. Trop de bruit. Un soupir. La météo semble le comprendre.
« Le train roule toujours, m’emmenant si loin de toi. Le ciel est gris comme mon cœur. Tu me manques déjà. »

Des escaliers. Un appartement de vacances. Une jolie vue. Le temps sera long.
« Tu me manques toujours. Ma chambre donne sur la mer. La mer se lie au ciel vers l’horizon. Le ciel me ramène à toi. Ces vacances seront longues. Que le temps passe vite, je l’en supplie. »

Un arrêt. L’effervescence. Quelques minutes de marche. Un chalet. Le bout du monde. Le temps sera lent.
« Je suis arrivé. Je devrais lâcher mon téléphone mais ce serait comme lâcher ta main. Je me sens perdu si loin de toi. Que le temps me fasse entrer dans un trou spatio-temporel ! »

Chacun s’installe. Chacun soupire sans cesse. Chacun finit par sortir pour prendre l’air.
« Le sable chatouille mes pieds, l’herbe caresse-t-elle les tiens ? »
« Elle caresse bien les miens. Mais c’est à tes mains que j’aspire. »
« Le sable est doux et chaud sous mes doigts, on dirait tes joues quand je les frôle. Wookie, prends soin de tes joues ! »

Une après-midi aux allures d’éternité. Ils se manquent et les messages n’y changent rien.
« Yesung, ma voix d’artiste, je m’ennuie. Le soleil se couche, ça ne fait qu’un jour. Il en reste 14. J’ai envie de fermer les yeux et de ne les rouvrir qu’à la fin du mois. »
« Eh bien, compose. Je te laisse trouver la musique des paroles que j’écris. »
« Quelles sont-elles ? »
« Devine-les, je suis sûr qu’elles se dessineront dans ton esprit et dans ton cœur. Tu me manques et même Jongjin ne peut pas rallumer les étincelles de mes yeux. Wookie, rêve de moi ! »
« Je rêve de toi les yeux ouverts, tu le sais bien. Ah, ces vacances seront vraiment longues… »
« N’y pense pas. Je suis si fatigué~ Ton énergie me manque. »
« Je ne peux qu’y penser si mon meilleur ami n’est pas à mes côtés. »
« Jongwoon s’est endormi, vous êtes si mignons ! Meilleurs amis ? Je n’en suis pas si sûr~ Ne fais pas de bêtises, Ryeowook, et passe une bonne nuit ! »
« Jongjin, file donc dormir également ! »



18 août. Une semaine. 7 jours. 168 heures. 10080 minutes. 604800 secondes. Un entassement de messages et deux appels. Le manque les grignote et ils commencent à réaliser. Mais ils ne disent rien, n’en ressentent pas le besoin.
« Quand je suis avec toi, mes sentiments sont toujours visibles. Si je regarde dans le miroir, je peux voir exactement comment je me sens. Les mots “tu me manques” glissent sur ma langue. J’essaie de les retenir mais je les laisse sortir inconsciemment. »
« It must be beautiful lovely day. Yesung, ta chanson est très jolie. Il ne manque que ta voix. »
« L’absence de ta voix à mes oreilles me serre le cœur. »
« Emmène-moi dans tes nuages. Ah, même le soleil et la douce herbe à l’extérieur ne m’attirent pas quand tu n’es pas à mes côtés. »
« Je déteste le temps ! »



24 août. Une surprise.
_ Joyeux anniversaire, Yesung !
_ Merci. Ça me fait tellement plaisir d’entendre ta voix…
_ Je me suis dit que ce serait un joli cadeau pour tes 17 ans, en attendant de nous revoir.
_ Hm, n’arrête pas de sourire, ma joue le ressent.
_ Tu es bête !
_ Ton rire me paraît si lointain… Laisse-moi te savourer par téléphone.
_ Autant que tu veux. Mon meilleur ami me manque tellement…
_ Ryeowook, promets-moi qu’on ne laissera pas nos parents nous séparer l’année prochaine !
_ Je te le promets, Jongwoon.
_ Si tu emploies mon prénom, ça rend les choses tellement plus sérieuses. Dis-le encore.
_ Je te le promets, Jongwoon.
_ J’adore !
_ Je peux imaginer ton air ébahi et complètement niais d’ici.
_ Je ne suis niais que pour toi, sois-en fier.
_ Je le suis. Quand il s’agit de toi, tout est merveilleux et je ne peux qu’être fier de te connaître.
_ Pour me remercier, chante-moi quelque chose, Wookie. Ta douce voix chantante me manque autant que ta façon de jouer du piano.
_ Il ne reste que deux jours, tiens bon. Maintenant, écoute et savoure-moi !

Un manque trop fort. Un besoin de se confier. Une envie de se livrer. Le début d’une belle histoire. Tout est bien.
« Tu viens de raccrocher, ta voix résonne encore agréablement à mes oreilles. Merci pour ce joli cadeau. »
« De rien, je suis content que ça t’ait plu. »
« Tout ce qui vient de toi me plaît. »
« Dis, Yesung, je crois que je suis tombé sous ton charme bizarre. »
« Tu crois ? Moi, j’en suis certain. Ton charme mignon fait des ravages dans mon cœur. »
« Jongwoon, je t’aime. »
« Les choses sont si sérieuses à nouveau. Écris-le moi encore ! »
« Jongwoon, je t’aime. Yesung, je t’aime. Les deux sont sérieux, ton pseudonyme ne te change pas. »
« J’en suis très heureux. Je serai ta voix et tu seras mon piano. »
« Je serai ton sable et tu seras mon herbe. »

Une minute. Et le bonheur s’écoule dans les veines.
« Ryeowook… Je t’aime aussi. »


Fin



 
 
Musique actuelle: Lovely day - 슈퍼주니어
 
 
rukyoshu
26 juillet 2012 @ 00:22
Parce que, sans vous, je ne sais pas ce que je deviendrais.
Parce que, grâce à vous, je peux dire que je vis.
Parce que je vous aime.
Merci.





 
 
Musique actuelle: 加长快板
 
 
rukyoshu
13 mai 2011 @ 01:14

Vous venez de regarder Code Name Blue, plus souvent nommé C.N Blue, avec la chanson Intuition.
Elle ressemble un peu à du Maroon 5, celle-ci, je trouve.
J'aime le temps de réaction du gars dans sa voiture qui attend bien qu'elle soit toute taguée pour en sortir.



 
Le dernier article date d'octobre... Bon sang, c'est loin tout ça ! Et ça fait bien quatre mois, voire plus, que mon LJ était en attente d'un nouveau décor terminé. Voilà qui est fait. Je ne sais pas ce qui est le plus honteux, au fond. Avoir laissé traîner la décoration ou avoir laissé filer le temps sans venir écrire ici. Mais, en un sens, c'est plutôt bon signe puisque ça signifie que je n'ai jamais été assez mal pour taper un article. Je dirai que cette raison est simple : Super Junior. C'est sans doute ridicule et infondé mais, depuis que je les écoute, j'ai l'impression que ma bonne humeur est plus présente. Je me sens plus joyeuse, plus vivante. Moi qui les écoutais pour me moquer, au départ, je me suis bien faite avoir. Mais ils sont mignons, doués, naturels. Et c'est adorable, ça fait chaud au cœur.

Mais ce soir, c'est différent. Parce que je ne vais pas bien.

Mes examens se sont terminés ce matin et ça n'a pas été la joie. J'ai l'impression de ne pas avoir mis les chances de mon côté. Rectification. Je n'ai pas mis les chances de mon côté. J'ai flâné, rêvassé, oublié. Je n'ai pas fait ce que j'ai pu et je le sens mal. C'est de ma faute, de celle de la fac, peu importe. J'y crois sans y croire, je baisse les bras et les relève, je ne sais plus. Pourquoi j'y attache de l'importance, au fond, puisque je veux faire autre chose ? Métier du livre, photographie, un truc qui me plaît. Je veux pouvoir faire quelque chose de bien, je veux qu'on puisse être fier de moi. Mais on ne peut pas l'être tant que je ne m'en donne pas les moyens. Et pour ça, je me déteste.

Et j'ai faim, tout le temps. Je mange bien, trop, et une heure après j'ai de nouveau faim. J'ai mal au ventre, à force. Et je me dégoûte un peu plus à chaque fois. Je me sens mal face à moi-même. Je me mens tous les jours, à faire comme si tout était normal. Mais les larmes montent pour n'importe quoi, n'importe où et n'importe quand. J'ai mal au ventre, à la tête. Au cœur. Mes yeux brûlent, mes mains tremblent. Mon corps n'est qu'un amas de graisse informe. Je me sens moche. Aussi laide que ce mot. Moche. J'ai les genoux qui grincent, les chevilles qui se fragilisent. Je tombe en miettes par manque de volonté. Je suis gourmande, j'aime manger, le sucre et le sel, alors me sentir privée me démotive. Et je sais que c'est mal parce que je ne vais pas tenir longtemps.

Mais arrêtons de parler de ça, c'est trop douloureux. Ça fait trop mal de voir que je brise jusqu'à ma santé. J'ai perdu le goût de tout. Même les mots ne semblent plus venir comme avant. Je suis triste et fatiguée, ce soir.

Pourtant, je n'ai pas à me plaindre. Mon neveu, né le 16 mai dernier, est vraiment adorable. Mes amis sont toujours là pour me soutenir et me forcer à sortir. Je suis entourée par une famille qui, si elle n'est pas parfaite, a le mérite de s'entendre et de se réunir de temps à autre. Je ne manque de rien, j'ai du talent. Alors de quoi je me plains, au fond ? Il y a tellement pire que moi, ailleurs. Il y a des gens sans famille, des gens qui n'ont même pas un toit pour dormir, des gens qui n'ont pas de talent. Je m'exaspère, je me déteste.





Faire-part réalisé par mes soins. Mon petit neveu est le plus beau <3
2.860kg et 48cm, le 16.05.2011 à 2h59.



 
 
Musique actuelle: I'm a loner - C.N Blue
 
 
 
rukyoshu
02 octobre 2010 @ 20:30

"Je ne sais pas comment commencer" est une phrase bateau mais ça permet de commencer. Donc, je peux me lancer maintenant !

J'ai commandé mes lentilles (en stock) dimanche cinq septembre et je les ai reçues mardi sept septembre au matin. J'étais super étonnée de la livraison super rapide mais bien contente =) J'ouvre donc l'"enveloppe bulle" (ces enveloppes épaisses et rembourrées qui protègent leur contenu) et tombe... face à du papier bulle ! Les petits pots étaient vraiment bien protégés ! Je découvre donc mes petites chéries qui sont sublimes <3 Et j'adore l'étui également, pour aller jusqu'au bout de ma pensée. Bref, livraison : parfaite !

J'avais déjà eu des lentilles coréennes (du groupe G&G contact lens : http://www.gngcontact.com/) que j'avais achetées à une fille sur skyrock. Je les aimais trop alors quand j'ai dû arrêter de les mettre après plus d'un an, j'étais triste ç.ç Je les mettais super souvent et, une fois posées, je les oubliais presque tant elles étaient agréables à porter. Puis une amie m'a fait découvrir ce blog, korean-CL, et j'ai pas pu résister. Et je ne regrette absolument pas. Les lentilles sont super confortables, faciles à mettre, super jolies... Que du positif ! J'avais peur de ne pas retrouver le confort de mes premières lentilles, j'avais tort de m'inquiéter ! Elles sont vraiment top. En somme, produit : parfait !

Et ça, c'est sans parler de la gentillesse de Nicole. On s'est pas échangé beaucoup de mails puisque tout s'est passé très facilement et sans problème mais j'ai réussi à sentir son sourire à travers ses mails. C'est vraiment très agréable de commander avec une telle vendeuse =)

Et cumulé à tout ça le prix tout à fait abordable des lentilles, c'est ce qui s'appelle le bonheur d'une cliente plus que satisfaite ! Je sais maintenant à qui m'adresser quand je cherche des belles lentilles ^^ Je n'hésiterai pas à faire de la pub autour de moi ! Et à commander à nouveau quand je le pourrai !



Quelques photos :

Avec les deux lentilles, sans flash : Ici ! (Mais non, c'est une blague ! C'est plutôt par ici ! Profitez, c'est sans doute la seule fois qu'il y aura une photo avec ma tête !)
La lentille au bout de mon doigt (pas d'utilité autre que celle d'exhiber mes belles lentilles 8D) : Là !

Un oeil version macro sans flash, histoire de mieux voir ce que ça donne :




En conclusion, merci beaucoup à Nicole de m'avoir permis de retrouver de si jolies lentilles !

Et pour retrouver mon Feedback, en voir d'autres et en apprendre plus sur les Circle Lenses, c'est par là !

 
 
Musique actuelle: Walkure – Kaya
 
 
rukyoshu
31 août 2010 @ 20:20

Je l'ai volé à Naomibe parce que j'avais envie de voir si je pouvais y parvenir. Et j'ai réussi. Donner 25 choses sur soi n'est pas si simple qu'on ne le croit, cependant. Maintenant, celui qui veut se lancer se lance. Bonne découverte ? Je pense que c'est ce que je dois dire.



01. Mes appareils électroniques portent des noms (Saki : ordinateur, Tsu : portable, Yomi : iPod, et Allen : netbook).
02. J’aime les écharpes, les sacs et les rubans.
03. J’adore faire du point de croix et des bracelets en perle.
04. Je peux écrire des paroles de chansons pour un texte tout en sachant qu’on ne les verra peut-être même pas.
05. Laissez-moi vivre est mon plus gros texte personnel. Il a trois ans et je lui porte une affection particulière.
06. Je n’aime pas les compliments mais je veux toujours en recevoir.
07. En voulant me moquer des SHINee, j’ai fini par aimer ce groupe.
08. J’aime le chiffre 69 parce qu’il représente le signe astrologique des cancers et qu’il réunit mes deux chiffres préférés, ce qui me vaut souvent des moqueries.
09. Je pleure souvent quand je lis les commentaires qu’on me laisse pour mes textes.
10. S’il y a une chose que je déteste, ce sont les histoires qui ne finissent pas.
11. Sans mes cousines, je ne serais pas grand-chose et j’éprouve un amour sincère pour elles.
12. Si mes Fils et mon Époux n’étaient pas entrés dans ma vie, je ne pourrais pas être une mère comblée.
13. J’ai perdu 25kilos en quelques mois et je les ai repris en deux ans.
14. Je veux les reperdre.
15. Quand j’étais encore à l’école primaire, j’étais un véritable monstre : mensonges, vols et sale caractère, je cumulais les mauvais points et j’étais trop têtue pour changer.
16. À cette période, je restais devant mes cahiers à ne rien faire toute la soirée alors que je devais faire mes devoirs et je finissais toujours par les faire le matin dans la cour de récréation. Et j’avais toujours de bons résultats.
17. Je fais de la danse depuis que j’ai cinq ans et je suis dans le même club depuis tout ce temps. J’y suis depuis plus longtemps que ma prof.
18. Quand Ruki a eu le look d’un revêtement mural, j’ai pensé que ça faisait longtemps qu’il n’avait pas été aussi classe.
19. J’en fais souvent trois tonnes quand je ne sais pas comment agir, me rendant souvent ridicule et m’en mordant les doigts ensuite.
20. Le seul domaine dans lequel je vaux quelque chose est l’écriture. Et il m’arrive parfois d’en douter et de me dire que je devrais abandonner.
21. J’adore prendre des photos. Notamment en mode macro, parce que c’est cool.
22. La chanson que j’écoute en ce moment est Shake it up! des super junior. Et je n’ai pas honte, enfin presque pas.
23. Je suis tellement maniaque quand j’écris que je vais jusqu’à chercher des photos de sous-vêtements et de chaussures sur Internet pour que tout soit parfait. Chaque détail de travers me bloque, Naomibe en est malheureusement témoin régulièrement.
24. Je suis capricieuse et j’ai besoin qu’on m’aime. Sans doute pour palier au fait que je ne m’aime pas.
25. J’aimerais pouvoir ressembler à Hitsugi.



 
 
rukyoshu




この夜空に手を伸ばしても
届くことのない蜃気楼
僕の背中の折れたつばさ
昔のように飛べずに

夢をもとめ自由を追い求めてた
儚い風に揺られ

あの時君が失った物は
夜空の向こうの星になった
濡らした頬は何時かかわいて
きっと羽ばたけるから

僕の心一人で歩いてる
生きる痛みにたえて

あの時君が失った物は
夜空の向こうの星になった
濡らした頬は何時かかわいて
きっと羽ばたけるから

心の奥に住みついている
悲しみをぬぐいさって
夜をつきぬけ空をつきぬけ
どこまでも飛んでゆけたら…


star[K]night - ナイトメア







Merci pour ces paroles, Yomi.
Merci pour cette musique, Ruka (?).
Merci pour ton article, Kimi.
Merci pour dimanche et hier, ma petite famille.







 
 
 
Musique actuelle: Because - 6 Years in Love OST
 
 
rukyoshu
02 juin 2010 @ 00:13
Trois mois que je suis pas venue par ici. Qu'est-ce que je fais les gars, qu'est-ce que je fous ? Trois mois que j'ai déserté ce site et bien d'autres. Peut-être même que j'ai déserté ma vie, en fait. Deux mois et demi à avoir envie d'écrire et de criser parce que je peux pas et deux semaines que je ne fais plus que ça. Ah non... Je lis aussi. Trois livres en cinq jours, c'est du bon. Bon, j'avoue que je me couche à cinq heures, que je me lève à midi, que je fais rien de mes journées sinon du PC, que je suis censée bosser mais que, non, j'y arrive pas. C'est pas faute d'essayer pourtant. Mais ce serait bien que j'ai mon semestre 3. Ouais, comme ça, je passe quand même en troisième année et je me retrouverais pas comme une imbécile parmi les kikoololexL1. J'ai l'impression de ne pas m'y mettre pour aller le plus lentement possible dans mon évolution. C'est con, franchement, parce que le suicide scolaire, ça fait 5 ans que je le fais et c'est peu gratifiant. Trois ans de maths qui m'ont servi qu'à perdre du temps et deux ans de japonais qui ne vont me mener nulle part. Ouh, ça, c'est de l'avenir ! Mais de toute façon, tout ce que je veux, c'est écrire.

Je suis fatiguée, bon sang, c'est horrible. Et je me demande ce que je fous là, à déblatérer toutes ces conneries. Quelle immaturité, bravo ! Je vous félicite bien bas, ma petite dame. Si, si, je vous assure, clap clap. Vas te coucher, crétine... (Et c'est la dernière fois que je lis Ensemble, c'est tout parce que ça me fait écrire des trucs que j'écrirais pas normalement. Enfin, je dis ça, mais je m'y tiendrai pas. Je l'aime trop ce bouquin, il me fait pleurer en riant et rire en pleurant à tous les coups.)


J'ai envie de pleurer. De pleurer, de rire, d'écrire. De tout recommencer, de tout arrêter. De créer de nouveaux personnages et de les faire vivre n'importe comment. De boire une petite vodka avec sucre de canne liquide et Pulco citron. Ou un soho avec du jus vitaminé, c'est bien aussi. D'émouvoir les gens avec une belle histoire mais j'ai l'impression de ne plus y arriver. De dormir ou de me réveiller. De boire du lait. De retrouver les sentiments que j'ai perdu au cours du moins d'avril, je crois, mais c'était peut-être mars.
Je dois être détraquée des sentiments, en fait. Je les garde un temps mais je ne peux pas les ressentir plus d'un mois. Enfin, les sentiments forts, je parle. Genre l'amour et ce type de balivernes. Et j'en viens à me demander comment je peux si bien les décrire alors que je ne sais pas les garder. C'est n'importe quoi, franchement !

Enfin bref. Je vais commencer une nouvelle vie. C'est encore la meilleure solution.


Déjà, cet été, je vais réellement tenter de perdre du poids, pas faire comme cette année où je me disais « oui, oui » pour ne pas le faire en réalité. Là, il le faut vraiment, parce que ça me bousille la santé, les chevilles, les genoux, que j'ai l'air de rien dans mes vêtements, que ça me tue le cœur et que je veux pas crever dans dix ans. J'abuse, OK, mais pas de beaucoup. Alors, quand je partirai avec mes parents dans le sud, je vais me laisser fondre au soleil en tentant de continuer LMV, SMSN et tous ces petits bébés que j'aime.





Photo qui n'a rien à voir mais mes nouvelles lunettes ne figuraient pas encore ici. Chose réglée. Elles ont la classe, je les aime, et grâce à elle je vois le monde plus nettement. Bon, je n'ai pas une grande correction, mais quand on me fait signe de loin, je sais que c'est pour moi maintenant. Et le truc le plus génial, c'est qu'elles sont de marque japonaise. T'as vu le destin comme il est trop fort ?
Et j'ai de nouvelles chaussures aussi. Je les aime passionnément. Elles sont tellement belles que j'ai même peur de les abimer en les mettant. Mais je les mets quand même. J'ai un peu l'air d'une géante puisque merci les talons de dix centimètres (à peu de choses près).
Qu'est-ce que j'ai de nouveau pour cette nouvelle vie encore ? Ah, mon petit Allen ! OK, OK, j'abdique, je suis fan de D.Gray-man et ça se ressent dans ce nom. Petit bonhomme aux cheveux blancs, ordinateur blanc, j'ai pas été chercher très loin. Super pratique avec son écran de 10,1", son autonomie qui dure et qui dure, sa légèreté qui me permet de l'emmener partout sans problème... Super mignon avec ses petites touches, sa ligne rouge et sa taille de bébé à côté de mon monstre de 17" et quelques. Bref, je l'aime et il me le rend bien.

En outre, j'ai quatre nouveaux vernis roses et c'est trop cool parce que j'en cherche depuis un bon moment et qu'ils sont super beaux. Et en plus, ce sont des cadeaux, alors ça a encore plus de valeur. J'ai également de nouveaux livres, un nouveau sac, un nouveau portefeuille, le CD Outlaw de Nightmare, un bandana japonais, un cactus rose, des chocolats qui pétillent... Je prends conscience doucement que mes textes valent quelque chose, et ce malgré que j'ai l'impression de ne plus savoir écrire aussi bien. Des tas de concours littéraires n'attendent que moi, il faut vraiment que je m'y mette. Mes cheveux sont de plus en plus longs, ça a rien à voir mais je suis fière ! Et je me rends compte que je n'ai mis aucune photo de moi par ici... Peut-être un jour, vous aurez le droit de me voir.




Et je n'ai pas parlé du concert de LM.C qui était juste fantastique, aussi bien pour le show que pour toutes les rencontres qu'on a faites. Je veux y retourner, d'ailleurs, parce que c'était tellement génial ! Je n'ai pas parlé non plus du temps qui se remet au soleil et de la fac qui est super jolie avec ce temps. Je n'ai pas parlé de mon spectacle de danse qui a lieu samedi et qui va me permettre de passer un week-end complet avec ma cousine. Je n'ai pas parlé de D.Gray-man, survolant à peine le sujet pour parler d'Allen, et pourtant... pourtant ! Mais tout ça, on s'en fiche.


Mon entrée est trop longue, ça me fait peur. Alors je vais m'arrêter là, je crois.





 
 
Musique actuelle: Welcome to the Black Parade - My Chemical Romance
 
 
rukyoshu
02 mars 2010 @ 21:15




Parce que je ne peux pas te forcer à m'aimer.
Et que tu ne le sais même pas.
M'aimes-tu déjà ?